Narcos: mon avis sur la série

Bonjour à tous! Je coupe un peu nos articles voyages, périples et réflexions pour vous parler de la dernière série que j’ai visionné (et qui vous fera sans doute aussi voyager… un peu!). Il s’agit de la série Narcos, produite par Netflix et qui a bien fait parler d’elle ces derniers mois. C’était un peu la série “biopic” de cet automne et j’avoue avoir pris mon temps pour la regarder. Vous le savez maintenant, j’ai voyagé en Colombie le mois dernier et pour être honnête, j’ai arrêté mon visionnage lorsque j’ai acheté mes billets d’avion pour ne pas me créer de fausses idées ou me créer une certaine peur (oui bon, no comment). En revenant de ce pays toutefois, je n’avais qu’une seule hâte, c’était de me replonger dans la série pour en apprendre plus sur cette histoire du pays et aussi, revoir des lieux de Medellin.

Je vais éviter de spoiler les événements majeurs dans mon avis, mais nous le savons tous: l’histoire de Pablo Escobar s’est mal terminée. Toutefois, la première saison de Narcos ne s’achève pas sur la fin de ce personnage et c’est donc avec joie que j’ai appris qu’elle serait renouvelée pour une nouvelle saison. Je précise également que je ne suis pas du tout une critique professionnelle, que mon avis est purement objectif et peut-être complètement dérisoire aux yeux de d’autres personnes qui ont l’habitude de donner leurs avis sur des films et séries. Bref, si vous avez vu la série, n’hésitez pas à me le dire dans les commentaires, j’aimerais aussi connaître vos avis! – Juliana

Synopsis (allociné): Loin d’un simple biopic de Pablo Escobar, Narcos retrace la lutte acharnée des États-Unis et de la Colombie contre le cartel de la drogue de Medellín, l’organisation la plus lucrative et impitoyable de l’histoire criminelle moderne. En multipliant les points de vue — policier, politique, judiciaire et personnel — la série dépeint l’essor du trafic de cocaïne et le bras de fer sanglant engagé avec les narcotrafiquants qui contrôlent le marché avec violence et ingéniosité.

 

Mon avis:

Commençons par le commencement: les personnages principaux (Pablo et les enquêteurs de la DEA notamment) ne sont pas colombiens. Cela m’a d’ailleurs surprise car revenant de Colombie et ayant “pris l’habitude” de leurs accents, je l’ai trouvé finalement très bien imité par les acteurs. Toutes les scènes ont toutefois été filmées dans le pays, soit à Medellin soit à Bogota, et on y ressent bien une atmosphère latine et un peu sombre de l’époque (du moins, de ce que l’on en imagine). Les passages en espagnol ont d’ailleurs été mes préférés, car encore une fois, c’est un espagnol bien imité de là-bas et on y entend le vocabulaire des colombiens (plata au lieu de dinero, aca au lieu de aqui, et bien d’autres). Bref, niveau atmosphère, on est bien.

L’histoire commence tranquillement avec les débuts de Pablo dans la criminalité et comment il en est arrivé à s’intéresser à la cocaïne. Les auteurs prennent leur temps pour tout expliquer et je n’ai pas trouvé la série bâclée comme on peut le voir certaines fois. Là, les contextes sociaux, économiques et politiques sont toujours expliqués et tout l’entourage de Pablo est présenté. Du côté des enquêteurs de la DEA, les deux protagonistes ont réellement existé et ont d’ailleurs travaillé pendant des mois avec les acteurs afin de leur faire comprendre ce qu’il s’est passé. Dans l’ensemble, j’ai trouvé la série réaliste et on y comprend l’évolution des personnages. L’évolution la plus flagrante est celle de Steve Murphy, où il devient peu à peu obsédé par la capture de Pablo Escobar. Celui-ci évolue aussi et au fur et à mesure, on voit les évolutions du cartel, ses divisions et débats et chacune des réactions de Pablo (autant vous dire que personnellement, j’aurai pas voulu être contre ce type).

On comprend aussi l’impact qu’il a eu sur la Colombie et l’atmosphère qu’il a instauré pendant de nombreuses années. Les colombiens m’ont raconté à quel point c’était dangereux à l’époque et tout le monde à Medellin connait quelqu’un qui s’est fait tuer lors de cette période -soit par le cartel, soit par la police. A mes yeux d’européenne, j’étais tout simplement impressionnée par l’histoire, car en France en tout cas, nous n’avons jamais connu une chose pareille. Cela nous semble incroyable qu’un seul homme (bon, une petite poignée d’hommes) tienne en otage un pays ainsi et qu’il ne soit pas arrêté. Qu’il s’en sorte toujours.

Je ne connaissais pas toute l’histoire avant d’avoir vu la série et à la vue de certains passages dans Narcos, je n’ai pas pu m’empêcher de faire des recherches sur ce qu’il s’est vraiment passé. Je ne sais pas pour les détails, mais pour ce qui est des événements majeurs, comme les décisions politiques d’Escobar ou ses actes terroristes, ils sont avérés et cela m’a d’autant fait plus aimé la série. Je crois que ce que j’ai préféré, c’est que contrairement à toutes les autres séries que je regarde, Narcos n’a pas besoin d’ajouter du suspense, de l’action ou d’intrigues: la réalité est bien suffisante.

Vous l’aurez compris, Narcos m’a charmé, parce qu’elle révèle une phase sombre d’un pays (notons toutefois qu’aujourd’hui la Colombie n’est plus leader du trafic de drogues, hm) avec des personnages complexes de par leurs activités. On baigne en plus de cela dans une ambiance sud américaine et une intrigue finement et bien menée -honnêtement, je n’ai pas vraiment besoin de plus.

Advertisements

On en parle ? ♥

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s